La Chaise rouge, une histoire de résilience.


Il y a quelque temps j’ai découvert par l'entremise des réseaux sociaux, le projet ambitieux d’Érick Ouellet, propriétaire de l’entreprise la Chaise Rouge qui a transformé l’église de la paroisse Saint-Sacrement à Howick en boutique d’antiquité. Je vous invite à visiter son projet et à faire le tour de cette boutique pas comme les autres.


Tout d'abord, laissez-moi vous présenter ce natif de Rimouski, arrivé à Montréal à 18 ans. Il a travaillé dans plusieurs domaines avant de devenir antiquaire : infographie, imprimerie ainsi que quelques années en rénovation. La Chaise Rouge commence par une histoire d'amour entre deux passionnés d'antiquités. Le proprio me raconte que c'est lorsque son épouse Josée perd son emploi que le couple a décidé de plonger et de faire de leur passion commune pour les antiquités, un projet d'entreprise.


Pour commencer, la Chaise Rouge s'établie en 2005 dans une ancienne boulangerie à Sainte-Martine. Érick relate que le bâtiment était minuscule, pas d'eau, pas de toilette difficile à chauffer, « l'atelier était tellement petit que lorsque le commerce était fermé en début de semaine, on tassait les meubles de la boutique pour utiliser l'espace afin de préparer des meubles qu'on allait vendre le week-end suivant ». La récession vient ensuite couper les ailes au milieu des antiquités. Plusieurs entreprises dans le domaine cessent leurs activités pendant cette dure période, mais pour nos deux entrepreneurs, il était hors de question de mettre la clé sous la porte. Érick et sa douce se sont retroussé les manches et ont décidé d'offrir un service de restauration de meuble à leur clientèle. Érick raconte qu’ils ont travaillé très fort à décaper, à sabler, à restaurer des meubles, souvent jusqu'à minuit le soir, parfois 7 jours sur 7, des semaines de 80 - 90 heures, « ce n'était pas hors du commun pour nous, mais on était entêté à passer au travers » dit-il.


En 2014, c'est dans un tout nouveau local que La Chaise Rouge prend vraiment son envol et se met au numérique en créant sa page Facebook et en faisant l’acquisition du groupe ANTIQUITÉS À VENDRE AU QUÉBEC, qui est maintenant le plus important groupe d'achat et vente d'antiquités au Canada et le plus important groupe francophone du genre au monde, le match était parfait !


Malheureusement, 5 ans plus tard, alors qu'ils ont le vent dans les voiles, José décède d'un cancer fulgurant. Érick nous explique comment il a vécu cette grande épreuve. « Novembre 2019, la bombe tombe, le foutu cancer est venu m’arracher ce que j’avais de plus précieux… Mon amour, ma partner, ma complice, ma chum, ma Josée… Josée c'était le soleil de La Chaise Rouge, tout le monde s'en souvient comme une personne rayonnante, qui avait toujours le sourire et qui aimait le monde et le monde l'aimait, et l'aime encore. Les mois suivants furent très pénibles : de difficiles décisions ont dû se prendre, tout arrêter ça ou continuer… »


Avec résilience il choisit de continuer, il dit « Comme une chose n'arrive jamais pour rien, le projet de l'Église du Très Saint-Sacrement de Howick est arrivé dans le décor, après une longue négociation, s'en était fait, le 1er juin 2020, en pleine pandémie, La Chaise Rouge faisait l'acquisition de ce splendide bâtiment qui date de 1909. Après 4 mois et demi de travaux intenses et avec l'aide d'une magnifique équipe de collaborateur, La Chaise Rouge, version 4.0 ouvrait ses portes à la mi-octobre. »



C'est pour me donner du pep suite à un problème de santé que mon chéri m'y a conduit, histoire de me remonter le moral de chineuse sur le carreau. Je n'ai pas été déçue par l'escapade improvisée et j'ai tout de suite été charmée par l’ambiance chaleureuse du lieu. L'église du début du siècle dernier a un beau clocher et une tour qui se termine par un petit dôme, une grande fenêtre ronde en bois décore la devanture. On est accueilli sur le parvis par une chaise berçante rouge, image de marque de l'entreprise.


En entrant dans la nef transformée en boutique, on est impressionnée par la beauté de l'espace grandiose. On ressent toute l'histoire et la culture rattachées au lieu de culte. Le bâtiment est de forme traditionnelle avec de grandes colonnes et est baigné de lumière grâce à de nombreuses fenêtres en arches dépourvues des habituels vitraux qui, bien que magnifiques, réduisent souvent la luminosité. Notre regard est attiré vers le chœur jaune et bleu de l’église où trône le crucifix surmonté d’une peinture de la dernière scè